vendredi 13 décembre 2013

Claude AUBERT luthier à Troyes à l'honneur à la vente de Vichy en décembre 2013.

Ce samedi 14 décembre 2013 a lieu la traditionnelle ventes de Vichy, animée par Maître LAURENT et Fils. Les luthiers de Troyes seront à l'honneur avec une viole d'amour à six cordes et six cordes sympathiques de Claude AUBERT.
Claude AUBERT : viole d'amour.
Claude AUBERT est né à Bétignicourt dans l'Aube le 19 septembre 1721, ses parents étaient cultivateurs. On ne sait pas où il se forma, en revanche on le retrouve à Troyes dés 1754 où il fut le seul luthier  de cette ville du XVIIIème. Sa production a été importante et variée : Quinton de 1754 du musée de La Villette, violons et violoncelles chez François Joseph POMMET luthier à Reims, guitares de La Villette.....
Acte de baptême de Claude Aubert. 
 
Viole d'amour de Claude AUBERT.
Claude AUBERT avait épousé Jeanne Alexandrine BASSUEL en 1748. Il est décédé à Troyes le 19 avril 1794 à 72 ans.
Marque de Claude AUBERT sur une guitare du musée de La Villette.
Il a eu comme apprentis puis comme collaborateurs Claude GIRON et Alexis VILLAUME, d'ailleurs au mariage de ce dernier, ces trois luthiers troyens sont signataires de l'acte de mariage.
Signature de Claude AUBERT en 1788.

Alexis VILLAUME est né le 30 octobre 1766 à Mirecourt. Il était le fils de Nicolas VILLAUME laboureur. Il commença comme apprenti dans sa ville, avant de rejoindre Troyes où il travailla avec Claude AUBERT et Claude GIRON de 1783 à 1789. Le 1 septembre 1788 il épouse à Troyes Catherine MONGIN de Châtillon sur Saône. Il s’établit seul puis rachète en 1791 avec Claude GIRON l’atelier de Claude AUBERT ; il est associé avec C. GIRON jusqu’à la mort de celui-ci en 1832. Il continue son activité jusqu’au 31 décembre 1842, date de sa mort à Troyes au n° 1 rue des Neuves Boucheries. (147)(23)

Signature d'Alexis VILLAUME (1766-1842) en 1788.
 
Basse guitare de 1791 de VILLAUME et GIRON. (Musée de Leipzig)
 
Claude GIRON est né lui aussi à Mirecourt le 1 mars 1762. Son père François GIRON était marchand de vins. Formé à Mirecourt, il rejoint l'atelier  de Claude AUBERT où il fait son apprentissage de 1774 à 1780, et sera ensuite employé dans le même atelier jusqu’en 1791, ou il prendra la succession de Claude AUBERT.

Signature de Claude GIRON en 1788.
 

 
Il épouse Marie Claude CHAUMINOT à Troyes le 8 janvier 1796. Il décède à 70 ans à Troyes le 20 mai 1832.
 
Guitare Villaume et Giron à Troyes du Musée de la Villette.



7 commentaires:

Sinier de Ridder a dit…

Bravo et merci!
On vient juste d'acheter une guitare de Villaume & Giron et nous ne connaissions que celle de Varzy…

Françoise Sinier de Ridder

latulipe a dit…

QQS rectifications importantes avec sources sérieuses venant des archives de L'Aube :
Claude Aubert est né le 19 sept 1721, il se marie le 7 mai 1748 en la paroisse de St Jean de Troyes.en 1754 on trouve une annonce publicitaire qui mentionne son adresse et son activité.
il meurt à Troyes le 16 germinal de l'an II (19 avril 1794). Sa fille Elisabeth (25 07 1749/1 05 1797)épouse Claude Nicolas Bouvinet originaire de St Baslmont (Vosges)(13 05 1749/ 1 09 1796)et habitent la même adresse que Claude Aubert.François-Joseph Pommet

Pierre René a dit…

Merci pour cette information.

Nous faisons les rectifications.

Cordialement

René PIERRE

Bernard Hauvette a dit…

Le 16 germinal an II c'est plutôt le 5 avril 1794

Bernard Hauvette a dit…

"16 germinal de l'an II (19 avril 1794)." mais le 16 germinal An II c'est le 5 avril 1794 pas le 19. C'est même le jour de la Mort de Danton.

Bernard Hauvette a dit…

suie au démontage de la viole d'amour pour restauration on s'apperçois qu'Aubert signait plusieurs fois ses instruments : ici une fois en extérieur en haut du fond sur la languette du talon et à l'intérieur sur le tasseau du haut et sur le fond en haut à gauche

Pierre René a dit…

Merci pour votre intérêt et vos commentaires, mais après re re vérifications Claude Aubert est décédé le 19 avril 1794 à Troyes à 72 ans, date qui correspond dans le calendrier républicain au 30 Germinal AN II et non au 16 comme Mr Pommet nous l'avait signalé.
Pour le vérifier il suffit de consulter les archives de l'Aube en ligne.

Amicalement

René PIERRE