jeudi 11 décembre 2008

FERRY- LEROUX -REMY GENIN : Facteurs d'instruments à vent de Mirecourt.

Mirecourt (Vosges) : Capitale de la Lutherie....et de la Musique mécanique.
Pour ceux qui ne connaissent pas cette jolie ville des Vosges, patrie de tous les grands luthiers et archetiers français (Vuillaume, Bernardel, Collin Mézin, Peccate, Tourte.....), je vous conseille le site du Musée de la Lutherie et de l'Archèterie Françaises et également celui du Musée de la Musique Mécanique.
Que viennent faire ces "facteurs de vent" dans cette citadelle du quatuor ?
En visitant ce beau musée en 2003, j'avais posé cette question à Isabelle Laruelle, attachée de conservation à cette époque, et qui m'avait trés aimablement répondu. C'est cette réponse que je vous propose ce soir, avant d'aborder chacun de ces "entrepreneurs" dans le détail au cours de prochains articles

Sources : Evelyne Bonétat, historienne de Mirecourt et présidente de l'association les Amis du Vieux-Mirecourt-Regain.

" Le principal facteurs d'instruments à vent (de Mirecourt) fut Armand Hyacinthe FERRY né à Mirecourt en 1806 et mort à Paris en 1870. Il vient au monde dans une famille très aisée, son père est avoué, son frère suivra la même voie. On ignore auprès de qui sa formation s'effectue, mais il s'installe vite à son compte, et a un nombre important d'ouvriers vers 1825 (de 15 à 18). Ambitieux, il va créer une entreprise où tous les instruments fabriqués à Mirecourt se rencontrent. Aux instruments à cordes, il innove en ajoutant des vents. Pour ce faire, il fait venir Louis LEROUX de La Couture Boussey (Eure) avec sa famille à une date indéterminée mais qui se situe avant 1840.
Les Leroux resteront à Mirecourt pendant deux générations environ, l'un deux s'alliera même à la famille bien connue du milieu luthier : les Bernardel.
Entre 1840 et 1848, Ferry engage un jeune mécanicien de talent : Georges Félix REMY. Ce dernier vers 1855 commence la fabrication de pianos, pendant que Ferry monte une succursale à Paris et une autre à Londres. FERRY et REMY deviennent associés vers 1860. REMY rachète l'affaire en 1863. A cette époque, il y a 160 ouvriers. FERRY reste très lié commercialement à REMY car il garde une option sur les produits fabriqués qu'il achète à un tarif préférentiel et qu'il écoule sur Paris et sur Londres. C'est ainsi que l'on trouve des instruments à vents signés Ferry, Rémy-Génin (patronyme de la premiére épouse), Rémy-George (patronyme de la deuxième épouse) et Leroux. L' association sera terminée vers 1869 et définitivement close en 1870 par le décès subit de Ferry en 1870.

Cette entreprise stoppa ses activités en 1873 en raison d'une faillite".

Merci à nos amis de Mirecourt.

FERRY, LEROUX, REMY......à suivre.


2 commentaires:

Claribole a dit…

Elémentaire, mon cher RP !

Pour les LEROUX de La Couture, il n'y a que deux familles au début du XIXe siècle (origine: St-André de l'Eure ?)

Jean LEROUX dit LE ROUX, tourneur à la Couture en 1818, marchand limonadier en 1822 et luthier en 1820 et 1829-1835, toujours à La Couture. Il est l'époux de Marie Madeleine Lorée, nourrice en 1829, dont au moins cinq enfants nés à la Couture:
1/ Jean Louis né en 1818(c'est probablement le Louis LEROUX de Mirecourt ?)
2/ Magdeleine Florence née en 1820
3/ Frédéric né en 1822
4 Alphonse Robert né en 1830.
5/ Guillaume son frère jumeau, 1830

Je ne trouve plus la trace de la famille entre 1835 et 1855, le départ pour Mirecourt doit donc se situer entre 1835 et 1840. Il serait intéressant de savoir grace aux recensements de population de 1836 et 1841 si toute la famille a émigré dans les Vosges.

autre famille:
Hippolyte LEROUX tourneur à la Couture en 1824, époux de Célestine DUMONT; parents d'au moins deux filles:
a/ Marie Françoise née en 1821 (pas à la Couture) et décédée en 1824
b/ Marie Marguerite née en 1824 à la Couture.

RP a dit…

Merci, donc il faut que je face un tour aux archives à Epinal...car il ne seront numérisés que l'année prochaine, et je ne pense pas qu'ils vont commencer par les listes de recensement.
En passant, j'ai été faire un tour, sur le site des archives de l'Eure, c'est sympa, et numérisé (même si leur méthode n'est pas terrible, principalement au niveau de la netteté et j'ai trouvé : Jean Louis Leroux né le 2 novembre 1818 à La Couture.