vendredi 15 janvier 2016

De passage à Strasbourg, Henri Jacob KLEPFER facteur de pianos et grand voyageur.

Jacques Henri Klepfer ou Kloepfer  n’est pas un facteur de pianos strasbourgeois, mais il est resté quelques  années à Strasbourg. Il était né à Winnenden dans le royaume de Würtemberg en Allemagne le premier février 1792. Son père Philippe Henry Kloepfer était fabricant d’étoffes en laine dans cette ville. 
Signature d'Henry Klepfer.
Il fait son apprentissage à Vienne, vit à Lyon dès 1821 et ce déclare musicien et facteur de pianos à son mariage le 9 mai 1821 avec Marie Anne Dufaut  la fille d’un officier de santé de Lyon, Jean Dufaut. Ils ont eu une fille Catherine Klepfer née le 16 février 1822 et habitaient au N°20 place Louis le Grand au deuxième étage un appartement et un espace commercial où travaillaient trois ouvriers.
Annonce parue dans « Le précurseur de Lyon » le 18 décembre 1821. (Source Lieve Verbeeck)
Il demande un brevet de 5 ans (9 décembre 1823), qu’il obtient le 31 janvier 1824 pour « un mécanisme à échappement  donnant une répétition très rapide ». (Constant Pierre)

 "Klepfer-Dufaut, de Lyon, imagina, en 1824, un nouveau mécanisme à échappement pour les pianos, à l'aide duquel  le marteau agissait avec une très-grande vitesse et n'exigeait pas un grand enfoncement de la touche; les cadences, sur cet instrument, s'exécutaient avec beaucoup de facilité."  (Organographie : La facture instrumentale depuis 1789 jusqu'en 1857 inclusivement : Pontécoulant).
Dessin du brevet de 1824.
Le 10 février 1826 il obtient un brevet de 10 ans pour un « Forte-piano de nouvelle construction » « dont les cordes sont attachées au couvercle » (C. Pierre)
Dessin du Brevet de 1826.
En juillet 1826 il quitte Lyon pour Paris.
Journal des annonces judiciaires de Lyon du 13 juillet 1826 (Source Lieve Verbeeck)
En 1827 installé à Paris, il participe à l’Exposition et reçoit une médaille de Bronze. 
Cette même année il s’associe à Henri Herz (1800-1888) grand pianiste virtuose né à Vienne et qui avait décidé de créer comme Pleyel une fabrique de pianos, malheureusement « plus occupé de sa carrière de virtuose que de celle de facteur, à laquelle il  n’était nullement initié, il dut se reposer sur son associé, de la gestion de la maison, qui fut désastreuse. Herz rompit avec Klepfer  en 1829 et refonda une autre société la même année ». (C. Pierre)
Henri Herz (1800-1888)
En 1829 on retrouve H. Klepfer installé au N°4 du boulevard Poissonnière. Puis de 1830 à 1832 au N°1 du même boulevard. 
Marque d’un piano pont du musée de la musique de La Villette.(vers 1829)
A partir de 1834, au N°1 boulevard Montmartre il est établi comme marchand de pianos ; son nom est suivi de l’initiale K, à quoi correspond cette initiale ? Nous n’en savons rien. 
Marque d'un piano vers 1834. (Source Lieve Verbeeck)
Il a dû exercer à cette adresse jusqu’à 1840 (Il n’apparait plus dans les annuaires Bottin à partir de cette date), mais il a sans doute beaucoup  voyagé dans ces années, car on le retrouve à Mulhouse  en août 1834 (source Gérard/inv. 200. « Maker s of the pianos » vol 2 Martha Novak Clinkscale). 
Piano pont de Klepfer. (Musée de La Villette à Paris)
Il arrive à Strasbourg le 25 juin 1835 et habite au 4 rue du Bouc ; il repart le 25 juin 1835 pour Stuttgart en Allemagne. (Source archives de Strasbourg). Il est témoin au second mariage d’Henri  Mathieu, facteur de pianos à Strasbourg le 13 octobre 1838. Ce facteur devait travailler pour Michel Aiple (1774-1854) fabricant de pianos à Strasbourg.
D’autre part son mariage est annulé le 2 août 1836 à Lyon : « …d’après une ordonnance du roi de Wurtemberg du 4 septembre 1808. Le mariage est nul et nul effet ». (Archives de Lyon)
Piano pont de Klepfer. (Musée de La Villette à Paris)
On perd sa trace après ce passage à Strasbourg, mais Martha Novak dans son livre « Makers of the pianos » signale un facteur de pianos qui pourrait être notre homme. 
Brevet 8002 de 1851 à Cincinnati.
 Henri Klepfer aurait émigré aux États Unis à Cincinnati où il aurait obtenu un brevet (N°8002) le 25 mars 1851 pour un système de cordes croisées.

Chronologie :

1821 : Henri Klepfer facteur de pianos, Place Louis Legrand à Lyon.
1822 à 1826 : Henri Klepfer Dufaut, facteur de pianos N°20 Place Louis le Grand.
1827 : Henri Klepfer et compagnie N° 5 rue du Faubourg Poissonnière à Paris.
1829 : Henri Klepfer, breveté 4 bd Poissonnière.
1830-1832 : Klepfer, brevet d’importation et de perfectionnement, N°1 Fg Poissonnière. B 1827.
1834 : Klepfer (K), brevet du Roi, du roi de Wurtemberg pour pianos droits et carrés, vend, loue et échange toute espèce de pianos, boul. Montmartre N°1. B 1827 pour pianos carrés.
1836-1840 : Klepfer (K.), boulev Montmartre, 1, B 1827.
1835 : Henri Klepfer, facteur de Forte Pianos, 4 rue du Bouc, à Strasbourg. (72)
1838 à 1842 : Klepfer, Forte pianos, à Strasbourg. (75)
1851 : Henri Klepfer, accordeur à Cincinnati.

Et pour les amoureux de la Bonne musique, une "petite pépite".


Pour ceux qui s'intéresse au piano rendez vous sur le formidable site de Lieve Verbeeck.


Enregistrer un commentaire